Campagne de la fondation Samilia -

Campagne de la fondation Samilia

Voici la dernière campagne d'information sur la traite des êtres humains (TEH) réalisée par la Fondation Samilia. Le livret pédagogique donne une vision claire de ce que sont la TEH et un loverboy et fournit des adresses utiles. Néanmoins, la réalité décrite ne concerne pas toutes les personnes prostituées et autres travailleurs du sexe qui exercent en Belgique. Beaucoup parmi eux travaillent uniquement pour eux-mêmes et leur famille et pas pour un proxénète. Il faut le rappeler et ne stigmatiser personne. C'est important.

La Fondation Samillia lance une nouvelle campagne de sensibilisation
à la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle,
intitulée « Tous les contes de fées n’ont pas une fin heureuse »
Cette campagne a pour objet de sensibiliser au phénomène du
« Loverboy » qui cible des jeunes-femmes ou des adolescentes
particulièrement vulnérables

Le lancement de cette campagne intervient autour de la diffusion du court-métrage « La Boucle », réalisée par Agustin Eguia et produit par la société belge de production 87seconds, avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International et du Service de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce court-métrage a reçu le parrainage de la campagne Blue Heart de l’UNODC (Office des Nations-Unies de lutte contre la drogue et le crime), en charge de la lutte contre la traite des êtres humains au niveau international.

Un teaser avait été rendu disponible, en juin dernier, lorsque Samilia reçut pour ce court-métrage le Premier Prix dans la catégorie des « organisations actives dans le profit social » du concours « Video Experience Day » organisé par l’AP Hogeschool Antwerpen.

Le court-métrage, qui est diffusé dans son intégralité sur le site web et les réseaux sociaux de Samilia depuis ce 23 décembre, relate le parcours d’une jeune-fille roumaine victime d’un loverboy qui dans un premier temps la séduit pour finir par l’exploiter sexuellement au moyen de techniques de manipulation et de violences.
Les loverboys sont des trafiquants d’êtres humains qui usent d’une stratégie perfide : se présentant comme un homme charmant et désireux de fonder un couple, ils feignent une histoire d’amour romantique avec leurs futures victimes pour gagner leur confiance : promesses d’une belle vie à deux, offre de cadeaux onéreux, ne sont en fait que manipulation sentimentale et chantage affectif.
La tendance croissante est au recrutement sur les réseaux sociaux.
Si le court-métrage décrit le parcours d’une victime issue de Roumanie, où Samilia mène des projets de prévention de terrain à l’égard de publics défavorisés et vulnérables aux trafiquants, le piège du loverboy n’épargne toutefois pas les jeunes-filles belges comme l’attestent les centaines de signalement reçues ces dernières années par certains acteurs de terrain spécialisés dans la prise en charge des victimes de la traite des êtres humains ou de Child Focus. La plupart du temps, il s’agit de mineures en situation de fugue ayant arrêté de poursuivre leurs études, ou hébergées dans des foyers d’aide à la jeunesse ou placées en IPPJ.
L’impact important de la crise sanitaire liée au Covid 19 ayant eu depuis son apparition un impact important sur l’accroissement de la précarité et sur le décrochage scolaire fait redouter à la Fondation Samilia que l’isolement relationnel de jeunes-filles ainsi fragilisées constitue une aubaine pour les trafiquants, aboutissant à une augmentation inquiétante de la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle.

Avec le court-métrage, sont également mis à la disposition sur www.samilia.org :
– une page d’information dédiée à la campagne,
– un dossier pédagogique à l’usage des acteurs du secteur de l’Education permanente et du secteur associatif généralement dédié à la défense des droits humains, de l’égalité des chances et à l’exercice de la citoyenneté. TELECHARGEABLE ICI
La Fondation organisera également un cycle de 4 séances de projections-débats au sein de centres culturels, de campus d’étudiants ou de lieux dédié à la vie associative.
L’information du public et la prévention auprès des groupes à risques sont indispensables pour lutter efficacement contre cette forme de criminalité et de violence sexuelle. La Belgique y est également tenue par les obligations européennes et internationales mises à sa charge en matière de lutte contre la traite des êtres humains.

Avec le soutien du WBI et du service de la Culture de la Fédération Wallonie -Bruxelles

Si vous désirez plus d’informations :
Ciccarelli Soumina – Chargée de communication : 0470/10.84.34