Je suis un client - Espace P…

Vous êtes un client

Vous envisagez une relation avec un travailleur du sexe et vous avez des questions ou vous désirez en apprendre plus sur le comportement à adopter. Lisez ce guide édité par des travailleurs du sexe suisses.

Chers clients, Que vous soyez client régulier, occasionnel ou si vous envisagez une rencontre pour la première fois, ce guide est pour vous.

Vous y trouverez des conseils pour installer un relation respectueuse vis-à-vis des  personnes qui se prostituent de manière professionnelle.

Il a été réalisé en collaboration avec des travailleuses du sexe suisses qui se sont servi de leur expérience de tous les jours pour tenter de répondre à vos questions et vous faire comprendre quelles sont leurs limites et leurs possibilités.

Tendrement,Les travailleurs du sexeLèvres enduite d’un rouge à lèvre

Le guide du parfait client

  • Des réponses à vos questions

  • Qu’est-ce que les personnes prostituées acceptent de faire, que refusent-elles ?

    Il n’y a pas deux travailleuses du sexe identiques. Chaque travailleuse du sexe établit ses propres règles et ses limites. Chacune accepte de faire des choses et refuse d’en faire d’autres. Comme client, tu dois demander d’avance et clairement les services que tu veux recevoir. Suite à quoi, la travailleuse du sexe avec qui tu fais affaire te dira ce qu’elle accepte de faire pour répondre à tes désirs. Elle te fera aussi clairement part de ses limites par rapport aux choses qu’elle refuse de faire. Les limites des travailleuses du sexe ne sont pas négociables. Tu dois les respecter. Si la travailleuse du sexe avec qui tu as pris contact a ses limites par rapport aux services que tu désirerais, soit tu acceptes de recevoir les services qu’elle est prête à t’offrir, tu respectes les limites convenues et tu n’insistes pas, soit tu prends contact avec quelqu’un d’autre

  • Est-ce qu’il est possible d’avoir une relation sans préservatif ?

    Nous sommes toujours étonnées par cette demande. Plusieurs clients ne semblent pas se rendre compte qu'il est de leur propre intérêt d'utiliser un préservatif, de se protéger et de protéger l'ensemble de leurs partenaires contre les infections sexuellement transmises, les IST. Celles-ci sont pourtant assez répandues et il est impossible de savoir si une personne est porteuse d'une infection ou non en la regardant. L'utilisation du préservatif fait partie de notre travail. Il nous protège et il te protège aussi. Nous l’exigeons, et c'est aussi dans ton intérêt.

  • Est-ce que les personnes qui se prostituent ont le sida ou d’autres IST (infections sexuellement transmises) ?

    Notre corps est notre premier outil de travail et nous essayons en général d'en prendre soin. Nous pratiquons le safe sex (sexe sans risque) afin de nous protéger et de protéger nos partenaires. Il faut comprendre que ce sont les relations sexuelles non protégées qui rendent les gens à risque d'être infectés. Inversement, il y a peu de risques de contracter une IST ou le SIDA en utilisant des préservatifs lors des relations sexuelles. Le fait qu'il y ait échange d'argent ou non lors des relations sexuelles n'y change rien. Nous sommes des professionnelles du safe sex, et si tu n'es pas certain d'utiliser les préservatifs correctement, demande à l'une d'entre nous de te l'expliquer. Nous le ferons avec plaisir

  • Qu’est-ce que je dois faire si je croise par hasard une personne prostituée que je connais en dehors de ses heures de travail ?

    Ce qui arrivera dépend de toi et de la travailleuse du sexe en question. Si cela t'inquiète, parles-en avec elle auparavant. En général, si elle ne t'aborde pas, c'est qu'il est préférable de rester discret et de l’ignorer. Certaines préfèrent ne pas être abordées du tout en dehors du travail.

  • Est-ce que les personnes prostituées ont des compagnons, des copain(e)s, un(e) conjoint, une famille ?

    Contrairement à ce qu’on pense parfois, nous avons une vie personnelle en dehors de notre vie professionnelle. Comme c'est le cas dans le reste de la société, certaines d’entre nous n'ont pas de partenaires, d'autres en ont un, d'autres plusieurs. Il y a parmi nous des hétérosexuelles, des bisexuelles et des homosexuelles. Les travailleuses du sexe peuvent donc être célibataires ou en couple, mères de famille ou non.

  • Est-ce que les prostituées disent à leurs proches, leurs familles, ce qu’elles font comme activité ?

    Certaines d’entre nous parlent de leur travail ouvertement. Certaines choisissent d’en parler avec quelques personnes seulement. D’autres n'en parlent pas du tout. La discrimination et les préjugés de notre société par rapport au travail du sexe peuvent nous influencer dans notre décision d’en parler ou de ne pas en parler. Chaque travailleuse du sexe choisit de se dévoiler ou non, selon ses besoins et le contexte dans lequel elle évolue.

  • Est-ce que les prostituées détestent les hommes ?

    Notre travail fait en sorte que nous sommes en contact avec beaucoup d’hommes. Certains sont respectueux, d’autres moins. Un client idéal est un client respectueux. Nos sentiments à l’égard des hommes sont influencés par notre travail et nos expériences de vie. Nous ne détestons pas les hommes. Par contre, nous pouvons parfois détester certaines de leurs attitudes ou comportements.

  • Est-ce que les prostituées sont des accros du sexe ou des nymphomanes ?

    La nymphomanie est le mot utilisé pour décrire une dépendance au sexe, une exagération des besoins sexuels chez
    une personne. Les gens croient souvent, à tort, que les travailleuses du sexe sont "accro" au sexe ou qu'elles sont « des salopes » parce qu’une partie de notre travail consiste à 6 avoir des relations sexuelles avec différents hommes sur une base régulière. Il est vrai que notre travail nous demande d'être à l’aise avec divers aspects de la sexualité, mais ça ne fait pas de nous des accros au sexe pour autant.

  • Est-ce qu’elles aiment ce qu’elles font ?

    Sans vouloir enjoliver ni noircir la situation, disons que c’est comme pour tout type de travail : certaines d’entre nous y trouvent tout à fait leur compte, d’autres moins, d’autres encore ne s’y plaisent pas ou en ont marre. Cela dépend d’une multitude de facteurs comme les conditions de travail mais aussi la personnalité et l’expérience de vie de chacune d’entre nous.

  • Pourquoi font-elles ce travail ?

    Comme on l’a dit précédemment, le travail du sexe est une activité génératrice de revenus. C’est d’abord et avant tout pour l’argent qu’on fait ce boulot.

  • Est-ce qu’elles ont été victimes d’abus sexuels dans leur passé ?

    Certaines personnes l’ont été. D’autres gens ont été abusés sexuellement et ne travaillent pas dans l’industrie du sexe. Ceci n’est pas spécifique aux travailleuses du sexe. C’est un problème qui peut affecter toutes les femmes, et bien évidemment aussi les hommes.

  • Est-ce qu’elles consomment des drogues ?

    Certaines en consomment occasionnellement ou de façon récréative, d’autres n’en consomment jamais, d’autres en prennent régulièrement, dans leur vie privée et/ou dans leur vie professionnelle. Même s’il existe des personnes pour qui se prostituer est un moyen de se procurer le produit psychotrope souhaité, cette consommation n’est pas spécifique au travail du sexe.

  • Est-ce qu’elles ont des proxénètes ?

    L’image stéréotypée du « mac » ou du maquereau est celle d’un homme qui contrôle le travail et l’argent d’une ou de plusieurs personnes prostituées tout en la protégeant d’éventuels désagréments liés à son activité. La réalité est que beaucoup de travailleuses du sexe travaillent de façon indépendante. Les personnes qui choisissent de travailler en bar ou dans un « centre de massage » doivent en général rendre une partie de leurs gains à la personne propriétaire de l’établissement. D’autres filles choisissent encore de s’associer avec des partenaires pour s’assurer d’une aide ou d’une protection en cas de besoin. L’image du mac ne correspond donc plus vraiment à la réalité actuelle.

  • Sont-elles victimes d’exploitation sexuelle ?

    Il existe malheureusement des cas où la personne qui se prostitue travaille contre son gré ou est sous pression. Si vous rencontrez une personne qui vit ce type de problème, le mieux est de vous adresser à un organisme spécialisé dans l’aide aux victimes de la traite des êtres humains. Ces associations pourront répondre à vos questions et apporter une aide à la personne qui est victime, si elle le souhaite.

  • Quelques tuyaux pour que l’aventure se passe bien

  • Essayer d'être poli et respectueux

    Cela est une évidence, mais pour que la rencontre se passe bien, soyez poli et respecter la personne avec qui vous envisagez une relation.

  • Concluez des arrangements clairs

    Déterminez le montant d’argent que vous êtes prêt à dépenser, ce que vous voulez, et demandez-en le prix. Voilà qui vous évitera de vous énerver après coup. Chaque prostituée a ses limites et a le droit de dire non.

  • Payez d’avance

    Payez d’avance et faites en sorte que la travailleuse n’ait pas à vous le demander. Soyez discret, pour votre sécurité et pour la leur.

  • Respectez la limite de temps

    Respectez la limite de temps qui vous est allouée. Si vous voulez prolonger la durée du service, renégociez le prix.

  • Communiquez vos besoins

    Pour une expérience agréable, communiquez vos besoins, ce que vous préférez, ce que vous n’aimez pas.

  • Hygiène : soyez un client que l’on a plaisir à voir.

    Votre hygiène sera appréciée par votre partenaire. Prenez une douche et assurez-vous de bien savonner et laver vos zones de plaisir : pénis, scrotum (couilles), anus.

  • N’attendez pas trop de la relation

    Ce n’est pas une histoire d’amour. Même si c’est très agréable, cela reste professionnel. Il peut aussi parfois y avoir des ratés. Gardez la tête froide et ne réclamez pas votre argent en retour : la colère et la dispute peuvent rapidement vous amener des ennuis. Cela ira certainement mieux une autre fois avec une autre femme.

  • Ne consommez pas trop d’alcool ou de drogue

    Ces substances peuvent diminuer votre capacité d’érection, ce qui peut être frustrant pour vous et pour la travailleuse du sexe. L’alcool et les drogues peuvent aussi affecter votre jugement et déclencher de l’agressivité.

  • Utilisez toujours une capote pour les relations sexuelles !

    Les préservatifs sont nécessaires pour le sexe oral autant que pour le sexe vaginal ou anal. Ils sont utilisés pour votre protection et pour protéger vos partenaires. Les prostituées ont des relations sexuelles avec toutes sortes d’hommes différents. Le risque de transmettre des maladies est d’autant plus élevé que le nombre de partenaires est important (des prostituées aux clients et des clients aux prostituées). Les infections sexuellement transmises ne sont souvent pas visibles et la santé des travailleuses du sexe n’est pas contrôlée par l’état. Même une personne d’apparence soignée peut être porteuse d’une IST. Elle l’ignore peut-être elle même. Une personne qui accepte des relations non-protégées ne le fait pas qu’avec vous. Protégez-vous même si vous êtes un habitué et si vous connaissez et aimez bien la personne.

  • Vous désirez une conversation érotique ou utiliser des mots particulier ?

    Parlez-en d’abord avec la travailleuse du sexe. Il est essentiel de prendre une entente quant à l’utilisation des mots. Il est tout aussi primordial, surtout dans les jeux de rôles et de domination, de s’entendre sur des mots clés indiquant que les limites de l’un ou de l’autre sont atteintes. Les mots et les expressions tels que "fort/doucement", "vite/lentement" ont aussi des significations différentes pour chaque personne…

  • Essayez de restez vous-même.

    Les relations client/travailleuse du sexe se construisent sur une base de CONFIANCE. Ne soyez pas mal à l’aise si vous manquez d’expérience. Elles sont des professionnelles qui sont là pour vous aider. Si vous avez des questions, pose-les.

  • Les services les plus courants

  • Anulingus

    Excitation de l’anus par des caresses faites avec la langue et la bouche.

  • Branlette, Masturbation

    C’est une stimulation du pénis ou du clitoris avec la main, d’autres parties du corps, un vibromasseur.

  • Branlette espagnole

    Masturbation du pénis entre les seins de la travailleuse du sexe.

  • Complet

    Pénétration vaginale

  • Conversation érotique

    Discussion sexuelle avec une travailleuse du sexe, en personne, au téléphone ou sur Internet.

  • Cunnilingus, minette

    Excitation du sexe de la femme par des caresses faites avec la langue et la bouche.

  • Danse érotique, strip-tease

    Danse sensuelle. Cela devient un strip-tease si la travailleuse sexuelle se déshabille en dansant. Le degré de contact avec le client peut varier et il est donc préférable de le négocier à l’avance.